Aujourd’hui, on part découvrir le groupe LPO Morbihan.
La Ligue pour la Protection des Oiseaux, est actuellement la première association de protection de la nature en France.
Elle dispose d’un groupe à Vannes dans le Golfe du Morbihan.
Alors, on est allé voir de quoi il s-agit ? Quelles sont les actions du groupe ?
Retrouvez toutes les informations concernant la LPO mais aussi quelques conseils pratiques.

La LPO en bref


La LPO, Ligue pour la Protection des Oiseaux, est aujourd’hui la première association de protection de la nature en France.
Elle agit principalement pour la Protection des espèces, la Préservation des espaces, l’Éducation et la sensibilisation.
La LPO compte un réseau d’associations locales actives dans 83 départements.
Savez-vous qu’il existe un groupe à Vannes dans le Golfe du Morbihan ?

La LPO Bretagne et son groupe du Morbihan

Le groupe LPO Morbihan dépend de la LPO Bretagne constituée des 4 départements bretons.
Le Morbihan représentait plus de 1 000 adhérents en décembre 2019.

Le groupe Morbihan est très actif et agit notamment sur ces 3 axes.
Protection des espèces :
Dans le Morbihan, une équipe de bénévoles renvoie les animaux en détresse au centre de soins « Volée de Piafs » (association indépendante de la LPO).
Préservation des espaces :
Dans le Morbihan, on compte plus de 900 refuges répartis sur 1500 ha.
Le programme « Refuge » offre la possibilité aux particuliers et aux personnes morales (collectivités, établissements, entreprises…) de protéger les oiseaux et la nature chez eux en inscrivant leurs terrains en « Refuge LPO ».
L’éducation et la sensibilisation
La LPO Bretagne comme la LPO France propose un programme varié pour tous les publics et participe aux grands événements nationaux : Journée Mondiale des Zones Humides, Fête de la nature, Nuit de la Chouette, Semaine sans Pesticides…
Dans cet esprit, les bénévoles du Morbihan participent à différentes actions.

L’association en pratique

On a voulu en savoir plus et on a contacté l’association, et notamment le groupe Morbihan basé à Vannes.
On a eu le plaisir de pouvoir leur poser toutes nos questions.
Et c’est avec beaucoup de gentillesse et de bienveillance que Bruno Tandeau de Marsac nous a répondu.
Voici donc quelques informations complémentaires concernant les refuges LPO, les adhérents, la faune sauvage… Nous repartirons également avec des conseils pratiques et/ou erreurs à éviter.

Les refuges LPO

Pouvez-vous m’en dire plus sur les refuges ?
Un Refuge LPO est un jardin, ou un terrain défini, public ou privé dont le propriétaire, ou le gestionnaire, s’engage à respecter une charte de gestion. C’est le plus grand réseau de jardins écologiques de France avec près de 34 000 jardins ou terrains inscrits qui représentent environ 44 000 ha.

Comment faut-il s’y prendre si l’on est intéressé ?
Il faut suivre ce lien : https://www.lpo.fr/refuges-lpo
et sélectionner le type de refuge que vous souhaitez créer :
Vous avez un jardin et vous souhaitez créer un Refuge LPO ?
Vous avez un balcon et vous souhaitez créer un Refuge Balcon
Votre entreprise ou collectivité souhaite créer un Refuge ?
Vous souhaitez créer un refuge dans votre établissement ?

Quels oiseaux utilisent ces refuges dans le Morbihan? 
Tout dépend du type de refuge et surtout du milieu dans lequel il se trouve. Un balcon ou un petit jardin sans grands arbres, en ville, n’attirera pas les mêmes espèces qu’un grand terrain avec une zone humide, des grands arbres et des haies bocagères, en campagne par exemple.

Mais, d’une façon générale, suivre la charte et les recommandations refuges permettront le développement de la biodiversité présente et pas seulement les oiseaux. Les micromammifères, hérissons, écureuils etc les papillons, les insectes pollinisateurs et autres apprécieront eux aussi, l’amélioration de la gestion du refuge.

Les adhérents du groupe LPO Morbihan

Quel est le profil de vos adhérents en général ?
Il n y a “Pas de profil type si ce n’est des personnes soucieuses de l’environnement et de la nature en général”.

Quelles sont leurs actions ? 
Les actions sont nombreuses :
“Adhésion, soutiens, refuges mais aussi sentinelles de la nature, bénévoles au service de l’environnement, bénévoles administratifs, secouristes de la nature, observateurs, compteurs d’oiseaux, botanistes, ornithologues, animateurs…”

La faune sauvage

Quels oiseaux sont menacés dans le Morbihan et notamment dans le Golfe du Morbihan ?
La faune sauvage, dans son ensemble, souffre de l‘activité humaine. Certaines espèces sont plus impactées que d’autres mais pas spécifiquement dans le golfe du Morbihan. Les actions de protection de l’environnement et particulièrement de la faune sauvage, doivent bénéficier d’une vision globale tout en restant vigilant sur les impacts individuels et locaux.

On sait qu’il faut vous prévenir si l’on trouve un oiseau menacé, quelles espèces récupérez- vous régulièrement et pourquoi ?
Nos interventions ne concernent pas les oiseaux « menacés » mais tout animal sauvage « en détresse ». Toutes les espèces sont concernées : Chevreuil, Renard, Martre, Fouine, Belette, Hérisson, Ecureuil, Chauve-souris…. Avec cependant une prédominance des oiseaux, qu’ils soient marins ou terrestres.  Les causes sont diverses mais principalement anthropiques : chocs vitres, chocs véhicules, mazoutage (pas seulement en mer : par ex. huiles de vidange) chocs clôtures (barbelés), malveillance, chasse et braconnage, matériel de pêche abandonné, piégeage, prédation animal domestique, détritus divers abandonnés dans la nature, poteaux creux ….  

Conseils pratiques et erreurs à éviter

Quels conseils pouvez-vous donner pour chacun d’entre nous par rapport aux oiseaux. Que devrions nous savoir ? Quelles erreurs peut-on commettre par méconnaissance ? 

Animal “en danger” ou “en détresse”

Il faut d’abord, distinguer un animal « en danger » et un animal « en détresse ». Lorsqu’un animal est en danger il convient d’éloigner le danger ou de l’éloigner du danger.

Un oisillon au sol n’est pas en détresse, il est éventuellement en danger. 

Pour, un oisillon au sol, par exemple, il convient de vérifier qu’il n’est pas blessé, puis de le remettre dans son nid ou le placer en hauteur, dans une haie ou un bosquet, sur place ou juste à côté, et de surveiller de loin, afin de ne pas les effrayer, que les parents continuent à s’en occuper.

Le ramassage des oisillons au sol ne doit donc absolument pas être systématique mais réfléchi.

Mais si on peut toucher un oiseau il est important par contre d’éviter de toucher les jeunes mammifères notamment les faons.

D’une façon générale il est préférable de porter des gants.

Nourrissage des oiseaux et accès à l’eau

Le nourrissage des oiseaux, s’il est important en période de grand froid, ne doit cependant pas être effectué toute l’année. Les oiseaux ne mangent pas tous la même chose et certains changent de nourriture selon les périodes. Certains insectivores deviennent granivores une partie de l’année par exemple. 

Les mangeoires sont de plus des vecteurs de maladies parasitaires importants. Enfin il ne faut pas transformer les oiseaux libres en assistés.

A propos de la nourriture “interdite” en raison de la nocivité pour la faune
Je souhaite vous apporter quelques précisions concernant le pain et le lait.
Le pain par exemple est nocif pour les oiseaux car il contient des ingrédients qui ne leurs conviennent pas (Levures, sel, etc) et ils ne sont pas “équipés” pour le digérer. (Par ex: occlusions intestinales pour les petits oiseaux, “ailes d’anges” (fragilité) pour les Canards…)
Le lait n’est pas digeste non plus et provoque des diarrhées fatales pour les Hérissons…
La nourriture destinée aux humains est à proscrire d’une façon générale pour les animaux.

Les oiseaux ont par contre besoin d’avoir accès à de l’eau propre, pour le bain ou pour boire toute l’année. Mais les baignoires ne doivent pas devenir des pièges. Il ne faut pas utiliser des récipients trop profonds car il y a risque de noyade. Ils ne doivent pas non plus être installés  trop proches de buissons en raison des prédateurs qui pourraient s’y cacher.

Rejoignez l’association

Quels autres messages souhaitez-vous faire passer ?
Rejoignez-nous ! Adhérez ! Que vous ayez du temps à consacrer à la LPO ou non. Que vous souhaitiez être bénévole ou pas. Le nombre d’adhérent est important car il représente un poids politique même si la LPO est une association « apolitique ».

Voici quelques photos prises et aimablement prêtées par Bruno Tandeau de Marsac de la LPO.

Liens utiles

Les liens officiels

Retrouvez toutes les informations sur :
– le site du groupe LPO Morbihan : https://morbihan.lpo.fr/menu-principal/accueil/
– le site officiel de la LPO

Oiseaux en détresse : les bons gestes

Si vous trouvez un ou des oiseaux en détresse, prévenez directement :
– l’association « Volée de Piafs » en Languidic au 06 08 98 42 36,
– la LPO au 06 25 58 17 39.

Un grand merci à Bruno Tandeau de Marsac, Vice-président LPO Bretagne et Groupe Morbihan, pour son aide précieuse mais également ses photos et sa bienveillance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *